L’invité de la semaine : Mark Ronson, les débuts hip-hop d’un prodige

un article pour Entendre | publié le 6 décembre 2015

On a parlé à Mark Ronson de ses débuts dans le hip-hop … et l’homme a bel et bien toujours eu de l’or entre les doigts !

Comment as-tu découvert le hip-hop et pourquoi as-tu décidé de devenir DJ ?

Mon tout premier souvenir de hip-hop, je le dois à mon père qui jouait à la maison The Message de Grandmaster Flash. Enfant, les premiers disques que j’ai acheté ont été les Beastie Boys et Run DMC. C’était à la fin des années 80. Mais la vraie révélation s’est faite en 1992. J’ai trouvé dans la rue une mixtape : Biggie, Snoop et Dre, A Tribe Called Quest… Ils étaient tous dessus. J’ai acheté l’ensemble des disques des artistes qui étaient sur cette compil, et je me suis dit « je veux faire partie de cette culture ». Je ne pouvais pas rapper alors je suis devenu DJ. C’était tellement neuf, rafraîchissant pour moi que j’ai laissé tomber le groupe de rock dans lequel j’étais guitariste pour me consacrer à mes tables de mixage. J’ai toujours aimé la funk, le blues, la soul et pour moi, le bon hip-hop est le résultat de leur évolution.

Au début des années 2000, tu étais le Dj le plus hype de New York. Sais-tu pourquoi ?

Au départ, je jouais dans des petits clubs downtown et dans le low east side. Personne ne savait qui j’étais mais j’avais beaucoup de monde parce que je jouais un peu de tout, pas seulement du hip-hop. Et puis, brusquement, Jay Z s’est pointé, P. Diddy aussi… Et là, la hype a commencé parce que avant, ils allaient au Tunnel où le Dj jouait plutôt du guetto fabolous. Ensuite, Puffy m’a demandé de venir jouer à ses soirées privées, Russel Simmons aussi… Les gens de la mode suivent toujours le hip-hop. Au bout d’un moment, ils m’ont donc aussi demandé de venir jouer à leurs soirées.

Quelle a été ta première expérience en tant que producteur ?

Dès l’age de 13 ans, j’ai produit l’album de mon groupe de rock. Puis, plus tard, on m’a proposé de faire un remix pour De la Soul

Hein ? ! Le premier titre que tu as remixé était directement pour De la Soul ? ? ?

Oui, je sais : c’est une chance incroyable ! Ils m’ont demandé ça comme ça… Mais, le premier album que j’ai véritablement produit, c’est celui de Nikka Costa.

Tu disais que tes parents étaient un « young, wild couple », « un jeune couple sauvage ». Qu’est-ce que ça t’a apporté ?

J’ai été élevé dans la fête et donc, dans la musique. Je me levais au milieu de la nuit lorsque j’avais 3 ans, je me posais à côté de la sono et je faisais semblant de jouer de la batterie. D’ailleurs, un soir, Keith Moon, le batteur des The Who, qui était en train de faire la fête à la maison, a dit à mes parents « si vous ne lui achetez pas une batterie avant son prochain anniversaire, moi, je lui en payerais une ». Voilà, comment j’ai appris le rythme et la batterie…

 

0 Réactions

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. La rédaction se réserve le droit de supprimer les commentaires injurieux ou non adaptés.