Louis Vuitton et Jeff Koons réalisent une des pires collabs de l’année

un article pour Voir | publié le 13 avril 2017

Avec l’association entre la marque du chic à la française, Vuitton et l’artiste américain controversé, Jeff Koons, on s’attendait à une envolée lyrique et on se retrouve dans un magasin de souvenir cheap. Explications.

 louis-vuitton-neverfull-mm-masters-lv-x-koons--M43373_PM2_Front+view

 L’artiste américain Jeff Koons et la marque de luxe Louis Vuitton lancent fin avril une collection de sacs, annoncée par la presse comme le « it bag de l’été 2017″. En ce cas, soit les journalistes mode ont pété les plombs soit quelque chose est pourri dans ce royaume. Parce que nous, lorsqu’on regarde ces sacs imprimés de cinq tableaux de grands maîtres, dont la célèbre Joconde de Léonard de Vinci, on a plutôt l’impression de se retrouver dans un magasin de souvenir cheap en bas de la Tour Eiffel que dans un magasin de luxe.

Le dossier de presse a beau expliquer que les imprimés  sont issus d’une série d’oeuvre d’art que Koons a déjà présenté à New York, Gazing Ball qui agrandissait des tableaux classiques, il n’en reste pas moins qu’on trouve cette collection particulièrement ratée, sans grande inspiration et franchement cheap. Trop de marketing, pas assez de feeling ! Tout le contraire de la collab’ marrante, cool (et réussie) avec Murakami, par exemple.

louis-vuitton-montaigne-mm-masters-lv-x-koons--M43386_PM2_Front+view

Pour celles qui ne sont pas d’accord, avec nous et veulent se procurer ces choses, sachez que cette capsule se déploiera sur  les sacs à main, les sacs à dos et la petite maroquinerie et que vous pourrez choisir entre « La Joconde », « La chasse au tigre » de Rubens, « La Gimblette » de Fragonard , « Champ de blé avec cyprès » de Van Gogh et « Mars, Vénus et Cupidon » du Titien. À l’intérieur de chaque sac se trouvent une biographie et un portrait des deux artistes ainsi que la mention du musée où l’oeuvre est exposée.  Ces « merveilles » seront vendues plus chères que les modèles classiques (2100 euros pour un Speedy contre 760 euros pour la version en toile Monogram, selon Le Figaro).

La commercialisation est prévue le 28 avril dans les 450 boutiques du réseau Louis Vuitton.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Voir +

0 Réactions

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. La rédaction se réserve le droit de supprimer les commentaires injurieux ou non adaptés.